Le mois d’octobre est dédié à la sensibilisation au cancer du sein, une maladie qui affecte encore aujourd’hui beaucoup trop de femmes et dont les conséquences, parfois dramatiques, peuvent être évitées si le diagnostic se fait rapidement. Qu’est-ce que le cancer du sein ? Comment le dépister ? Toutes les réponses dans notre dossier détaillé.

 

Qu’est-ce qu’un cancer ?

Notre corps est constitué de cellules contenant des informations génétiques. Chaque cellule a un cycle de vie durant lequel elle naît, se multiplie puis meurt.

Il arrive qu’en se multipliant, l’information génétique transmise aux nouvelles cellules soit altérée. Plusieurs cas de figure sont alors possibles :

  • L’anomalie peut être corrigée, et le fonctionnement cellulaire revient à la normale.
  • La cellule se détruit, et le fonctionnement cellulaire retourne à la normale.
  • La cellule est viable et n’obéit plus aux mêmes règles de fonctionnement. Elle se multiplie de façon disproportionnée et désordonnée, générant ainsi un amas de cellules déréglées elles aussi. A terme, cette masse devient une tumeur.

Ainsi un cancer désigne de manière globale un dysfonctionnement de certaines cellules dans l’organisme. Cependant tous les cancers ne se ressemblent pas, c’est pourquoi ils sont généralement classés en 3 catégories :

  • Le carcinome : les cellules cancéreuses se développent dans les tissus recouvrant les organes. L’épiderme (les tissus externes) peuvent également être touchés.
  • Le sarcome :  les cellules cancéreuses se développent dans les tissus de support comme les os, les muscles ou encore la graisse.
  • Le cancer hématopoïétique : Les cancers de ce type regroupent les cancers du sang (leucémie) ainsi que les lymphomes.

 

Le cancer du sein :

D’après l’institut national du cancer,* le cancer du sein représente 33% des cancers diagnostiqués aux femmes. Comme son nom l’indique, le cancer du sein est un cancer qui se développe dans le sein. Ce dernier peut être de type invasif ou non-invasif selon où il se forme dans le sein.

A noter également que ce cancer n’est pas exclusif aux femmes. Même si les cas sont bien moindres, il arrive que certains hommes se voient diagnostiquer cette forme de cancer.

 

Le cancer du sein en quelques chiffres** : 

 

> 58 400 nouveaux cas dépistés en France chaque année

> 12 146 décès chaque année en France

> Si détecté à un stade précoce ce cancer peut être guéri dans 9 cas sur 10 !

 

Les types de cancers du sein

Cancer du sein non-invasif :

Ce type de cancer du sein est l’un des plus répandu chez les femmes. Il est qualifié de non-invasif car il se développe dans les canaux de lactations de sein et ne se répand pas.

Il arrive cependant que si non traité pour une durée trop longue, il finisse par se déplacer dans le corps.

Détecté à temps, ce cancer à un taux de guérison très important.

 

Cancer du sein invasif :

Contrairement aux cancers du sein non-invasifs, ce type de cancer se forme à proximité des canaux de lactation et peut se répandre à d’autres zones de l’organisme et produire des métastases.

 

Quels facteurs augmentent les risques de développer un cancer du sein ?

Plusieurs facteurs peuvent augmenter le taux de risque de développement d’un cancer du sein. Parmi ces facteurs à risque, l’âge est l’un des plus commun. Une majorité des cancers du sein se développent chez les femmes âgées de plus de 50 ans.

L’hérédité est également à prendre en compte puisqu’une femme dont un ou plusieurs membres de sa famille ont déjà été atteints d’un cancer sont plus à risques d’en développer un. 

La consommation d’alcool et de tabac est une des causes les plus fréquente de développement du cancer du sein. Il est donc important de la réduire autant que possible.

D’autres facteurs peuvent également entrer en jeu comme :

  • Le surpoids
  • Traitements et antécédents médicaux…

 

Comment dépister un cancer du sein ?

La mammographie :

Après 50 ans toute femme est invitée à réaliser une mammographie et ce, tous les deux ans en action préventive. Pour les femmes ayant des facteurs à risques autre que l’âge, le dépistage est conseillé beaucoup plus tôt. Cet examen consiste à une radiographie des glandes mammaires. Il permet ainsi de déceler rapidement toutes anomalies de tissus.

 

L’autopalpation :

Il est important d’observer et d’être attentif à tout changement tels que des bosses, douleurs, rétractation des mamelons.

Il est recommandé d’effectuer une autopalpation mammaire pour pouvoir augmenter les chances de dépistage d’un cancer du sein à un stade précoce.

Cette auto examen se réalise en 2 grandes étapes d’observation et palpation.

Le but de la première étape est d’identifier toute anomalie visible a l’œil nu du sein mais aussi du mamelon.

Devant un miroir, observez votre poitrine en effectuant plusieurs mouvements :

  • Mains posées sur vos hanches
  • Bras disposés le long du corps
  • Bras levés vers le ciel
  • Buste penché vers l’avant
  • Corps allongé d’un côté puis de l’autre

En effectuant ces diverses poses, le but est de noter tout changement inhabituel tel que des renflements par exemple.

Assurez-vous ensuite qu’aucun fluide ne s’écoule des mamelons en les pinçant délicatement. A noter que cette observation n’est pas valide pour les femmes venant d’accoucher.

Le but de la seconde étape est de déceler des anomalies internes telles que des boules ou un épaississement de la peau.

 

Les méthodes d’autopalpations :

Pour cela, 3 approches différentes sont possibles :

La 1ère méthode dite radiale consiste à effectuer des mouvements en ligne droite autour d’un point central. En utilisant la pulpe de votre index, majeur et annulaire de votre main gauche pour votre sein gauche puis de la main droite pour votre sein droit, démarrer la palpation à partir du mamelon vers l’extérieur du sein. Répéter ce mouvement deux autres fois mais en exerçant des degrés de pressions différents (léger, modéré, fort). Renouveler l’opération jusqu’à avoir fait le tour du sein. Puis renouveler l’opération pour le second.

 

La 2ème méthode dite verticale vise à réaliser un palper du sein à la verticale.

Démarrer votre auto-examen à partir du haut de l’aisselle allant jusqu’au bas du sein. Répétez l’opération sur des plans parallèles de sortes à couvrir et examiner toute la surface du sein. Comme pour la première méthode chaque mouvement doit être effectué 3 fois en appliquant des niveaux de pressions différents.

 

3ème méthode dite circulaire puisque la palpation consiste à effectuer un mouvement continu tel un enroulement autour du sein partant du haut de l’aisselle pour finir au mamelon. Réalisez ce mouvement 3 fois, chaque fois avec une intensité différente.

 

Il est tout à fait normal de sentir des boules lors de la palpation quel que soit la méthode employée. Il faut bien prêter attention à des éléments dont vous n’avez pas la connaissance comme une soudaine boule fixe que vous n’avez jamais remarquée.

C’est pourquoi il est essentiel de réaliser des autopalpations très fréquemment. Plus vous réaliserez cet auto-examen, plus vous serez à même d’identifier tout changement et consulter rapidement un professionnel de santé à ce sujet.

 

La palpation par un professionnel de santé :

La palpation peut également être réalisée par un professionnel de santé afin de déceler de potentielles anomalies. A noter toutefois que l’autopalpation reste importante pour dépister au plus vite la maladie.

 

Et si on me diagnostique un cancer du sein ?

Des professionnels de santé vous orienteront sur le traitement à suivre en fonction du stade du cancer. De nombreuses associations existent également dans le but de vous accompagner sur le plan moral pendant la maladie mais aussi après le traitement. N’hésitez pas à les contacter pour pouvoir vivre au mieux votre parcours de santé.

Certains facteurs de risques ne peuvent pas être contrôlés comme le patrimoine génétique. Cependant il est possible d’avoir un impact sur d’autres et ainsi limiter les risques de développement d’un cancer du sein en consommant moins d’alcool et de tabac par exemple ou encore en pratiquant une activité physique régulière.

Soyez vigilantes et à l’écoute de votre corps ! On ne le dira jamais assez, réaliser des examens régulièrement chez vous d’autopalpations ou bien chez un professionnel de santé est essentiel pour vous assurer qu’aucune anomalie ne se soit développée.

Plus tôt le cancer sera dépisté, plus les chances de guérison seront importantes.

 

Sources : 

*Institut national du cancer : https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Qu-est-ce-qu-un-cancer/Chiffres-cles

**Ruban Rose : http://www.cancerdusein.org/