Sommeil perturbé et difficile ?

Les difficultés d’endormissement et les réveils nocturnes touchent de plus en plus de personnes. Que ce soit ponctuel ou chronique, ces troubles peuvent perturber fortement vos nuits et avoir un impact sur votre vie quotidienne.

Les troubles du sommeil, le nouveau mal du siècle

Les difficultés à trouver le sommeil concernent de plus en plus de personnes.

1/3 des français sont concernés par les troubles du sommeil et 1/5 souffrent d’insomnies chroniques. Ces difficultés liées au sommeil touchent surtout les 35/55 ans.*

Toute notre vie, nous alternons des périodes d’éveil et, surtout, des périodes de sommeil et de ralentissement de notre métabolisme, essentielles à notre bien-être et à notre santé. Le sommeil est un moyen naturel qui permet à l’organisme de se débarrasser de sa fatigue et de récupérer son énergie tant physique que psychique. Il assure également plusieurs fonctions vitales telles que le maintien du métabolisme neuronal, le repos du système cardiovasculaire, ainsi que l’équilibre des liquides dans le corps. Mais nos conditions de vie modernes (bruit excessif, anxiété chronique, surcharge de travail...) l’altèrent de plus en plus souvent.

On a tous souffert à un moment ou à un autre d'un déficit de sommeil, en ressentant de la fatigue, en étant moins opérationnel, moins réactif… Mais manquer de sommeil peut se traduire aussi à terme par des troubles plus importants, notamment cardio-vasculaires. Sans oublier que cela peut favoriser la prise de poids, une augmentation de la glycémie, de la tension artérielle…

Les différents troubles du sommeil

Les troubles du sommeil sont multiples et, s’ils deviennent chroniques, ils peuvent être à l’origine des troubles de l’humeur telle que la dépression, ou des troubles anxieux, tels que la panique, l’insécurité, l’angoisse... Les principaux troubles du sommeil sont les insomnies, les hypersomnies, les parasomnies et les troubles du sommeil circadien.

1. Les insomnies

Les insomnies sont liées à un manque de sommeil. Le sommeil de mauvaise qualité est non réparateur. Ses conséquences se traduisent par une somnolence la journée, des sautes d’humeur et une irritabilité marquée. Les insomnies peuvent être « transitoires » ou « chroniques ».

  • Les insomnies transitoires : dans ce cas, les insomnies sont présentes sur une période relativement courte (maximum 3 semaines). Leurs causes sont principalement liées à un mode de vie qui n’incite pas au repos : stress au quotidien, consommation en grande quantité de théine et/ou de caféine, sommeil à heures irrégulières, nouvel environnement…
  • Les insomnies chroniques : ce trouble est présent sur une longue période, parfois quelques mois. Ses causes sont plus difficilement identifiables, et peuvent être liées à plusieurs facteurs :
  • Psychologiques : une situation stressante qui conduirait à la prise de mauvaises habitudes de sommeil (coucher tard, réveils nocturnes…). Cette hygiène devient alors une routine, qui empêche la personne de s’endormir correctement. Cette situation s’accompagne par la suite d’angoisses qui renforcent l’insomnie : peur de ne pas réussir à s’endormir, crainte de se réveiller dans la nuit ou de mal dormir…
  • Psychiatriques : l’insomnie touche souvent des personnes présentant des troubles psychiques tels que de troubles de l’humeur, des troubles anxieux, des troubles alimentaires…
  • Médicamenteux : certains médicaments ont des effets secondaires indésirables dont l’insomnie fait souvent partie. Ces effets se retrouvent souvent dans des médicaments comme les amphétamines, les anti-dépresseurs, les anxiolytiques ou encore les antiparkinsoniens.
  • Organiques : maladie, symptômes douloureux, difficultés respiratoires… Ces causes organiques se classent en 3 catégories : les affections médicales (organiques ou neurologiques telles que les traumatismes crâniens, les maladies dégénératives, les AVC, le VIH…), les troubles respiratoires (apnée du sommeil : arrêt de la respiration pendant plus de 10 secondes) et les mouvements du corps humain pendant le sommeil.
2. Les hypersomnies

A l’inverse des insomnies, les hypersomnies correspondent à un sommeil excessif. Cela se caractérise par une quantité trop importante de sommeil la nuit, et/ou d’un état de somnolence. Une personne victime d’hypersomnie aura constamment envie de dormir. Il se peut même que la personne s’endorme involontairement. Il existe différents types d’hypersomnie :

  • La narcolepsie : endormissements subits et involontaires, accompagnés d’un relâchement musculaire brutal, partiel ou total. Cela est souvent lié à une émotion forte, généralement positive. La narcolepsie peut s’accompagner d’autres symptômes comme des hallucinations ou une paralysie du sommeil, qui se matérialise par une impossibilité de parler et de bouger.
  • L’hypersomnie idiopathique : des nuits trop allongées (supérieures à 10 heures de sommeil) et une somnolence tout au long de la journée (siestes…).
  • L’hypersomnie psychogène : tout comme l’insomnie psychiatrique, cela touche des personnes victimes de troubles de l’humeur…
  • L’hypersomnie liée au manque de sommeil : inconsciemment, la personne se retient de dormir la nuit, entraînant une somnolence d’autant plus marquée la journée.
  • L’hypersomnie causée par les médicaments : ici également comme les insomnies médicamenteuses, cela est lié aux effets secondaires de certains médicaments (les amphétamines, les anti-dépresseurs, les anxiolytiques ou encore les antiparkinsoniens…).
  • L’hypersomnie récurrente ou le syndrome de Kleine-Levin: l’hypersomnie est accompagnée de troubles comportementaux tels qu’une irritabilité excessive, de l’hyperphagie… Cette forme dure généralement quelques jours puis réapparaît à différentes périodes.
  • L’hypersomnie médicale : liée à des affections médicales comme des AVC, des tumeurs…

 3. Les parasomnies

Ce trouble du sommeil est principalement présent chez les enfants et adolescents. Il s’agit d’affections inhabituelles qui apparaissent pendant le sommeil. Dans la majeure partie des cas, les parasomnies sont sans conséquences et disparaissent naturellement en grandissant. Elles peuvent se manifester soit pendant le sommeil profond, sous forme de somnambulisme ou de terreurs nocturnes ; soit pendant le sommeil paradoxal, sous forme de cauchemars, de mouvements ou de grognements.

4. Les troubles du sommeil circadien

Cette perturbation du sommeil s’explique par un décalage entre les heures de sommeil, et les heures d’éveil. Cela peut être lié à des facteurs externes tels qu’un environnement stressant, des horaires de travail décalés (travailler la nuit par exemple), mais également au décalage horaire lorsqu’une personne voyage beaucoup. Ces troubles peuvent aussi correspondre à des causes internes : dans ce cas, il s’agit de l’horloge interne qui ne fonctionne pas de manière optimale (endormissement tard dans la nuit avec des difficultés au moment du réveil, notamment chez les adolescents qui ont tendance à vouloir se coucher tard), un cycle de sommeil irrégulier : sommeil réparti entre la nuit et le jour, ou encore, des heures de sommeil décalées au fur et à mesure des jours (heure de sommeil 1 heure plus tard chaque jour par exemple).

Les conséquences d’un sommeil perturbé

Tout comme les troubles du sommeil sont multiples, leurs conséquences sont d’autant plus nombreuses et impactantes au quotidien. Cela peut se répercuter sur la santé physique et mentale : sautes d’humeur, anxiété récurrente, sommeil et manque d’attention pouvant entraîner des accidents au travail ou sur la route, une prise de poids, des migraines, ainsi qu’une augmentation du risque cardio-vasculaire.

Un sommeil perturbé peut également affecter la vie sociale et professionnelle de l’individu : irritabilité accrue, peu d’énergie et de dynamisme, manque de concentration augmentant le risque d’erreur au travail ainsi que des troubles de la mémoire et des difficultés à avoir de bonnes relations.

Enfin, ces multiples conséquences affectent également la sphère économique de la personne victime d’un sommeil perturbé : visites médicales, absentéisme…

Avoir un sommeil perturbé n'est pas une fatalité !

Il existe différentes solutions afin de traiter les troubles du sommeil :

  • Adopter une bonne hygiène de sommeil : diminuez au maximum votre consommation de substances excitantes telles que le café, le thé, les sodas ou encore le tabac ; limitez la pratique d’activités physiques de type cardio au moins 2 heures avant le coucher ; choisissez un matelas que vous trouvez confortable…
  • S'imposer des heures de coucher et de lever fixes afin d'instaurer un rituel à notre horloge biologique.
  • Instaurer un rituel autour du coucher (tisane, se démaquiller, lecture.)
  • Organiser un environnement favorable au sommeil (obscurité, une température de la pièce entre 16 et 18° C). 
  • Ecouter les signaux de sommeil (bâillements, picotements des yeux.).
  • Eviter les écrans et activités intellectuelles avant de se coucher, qui on tendance à retarder les sensations de fatigue (consulter ses mails, travailler tard).
  • Eviter les repas trop lourds et réduire sa consommation d'alcool.
  • Suivez une thérapie du sommeil : comportementales, psychothérapie de groupe, psychanalyse…

Le saviez-vous ?

  • 7h30 constitue la durée moyenne de sommeil pour un français. Celle-ci est encore plus basse la semaine : 6h50.

Les solutions naturelles des Laboratoires Ineldea pour un sommeil réparateur

Des solutions thérapeutiques alternatives, comme l’aromathérapie, la phytothérapie, la micronutrition sont à préférer aux somnifères et autres antidépresseurs :

  • OLIOSEPTIL® Gélules sommeil : complexe d’huiles essentielles 100% pures, naturelles et chémotypées afin de favoriser l’endormissement et un sommeil réparateur et naturel ; participer à la détente et à la relaxation et contribuer au bon fonctionnement du système nerveux. Pour cela, les Gélules Sommeil OLIOSEPTIL® associent de l’huile essentielle de Lavande vraie, qui favorise l’endormissement et contribue à une relaxation optimale ; l’huile essentielle de Petit Grain Bigaradier, qui participe à la détente et contribue à un bon équilibre nerveux ; et l’huile essentielle de Marjolaine, qui améliore le bon fonctionnement du système nerveux.
  • INELDEA SANTE NATURELLE Somnil® : formule exclusive qui combine des extraits de plantes et de la Mélatonine : Le Cyracos® : un extrait breveté de Mélisse titré en acides hydroxycinnamiques et rosmarinique, aux effets cliniquement démontrés* sur les troubles du sommeil : réduction des difficultés d’endormissement jusqu’à 60%, mais aussi réduction des réveils nocturnes et amélioration de la qualité du sommeil (pour un apport de 600 mg par jour pendant 15 jours) ; La Mélatonine (1 mg) : qui participe au contrôle des rythmes circadiens (cycles du sommeil) et permet de réduire le temps d'endormissement et les effets du décalage horaire ; L'extrait de Scutellaire : qui soulage la nervosité et aide à lutter contre l'insomnie ; L’Extrait de Passiflore et d’Eschscholtzia : qui améliore la qualité du sommeil, pour une bonne récupération et une meilleure forme quotidienne ; L’Extrait de Coquelicot : qui aide à trouver un meilleur sommeil ; Le Magnésium marin et la Vitamine B6 : qui ont une action complémentaire sur les fonctions nerveuses et psychologiques (résistance au stress).
  • L’élixir sommeil naturel NUTRIEXPERT® : concentré d’extraits actifs de plantes reconnues pour leurs propriétés calmes et apaisantes : tilleul, lavande, mélisse, camomille, fleur d’oranger et de la vitamine B6 qui contribue au fonctionnement normal du système nerveux et des fonctions psychologiques. Cette association exerce une action relaxante, contribue au bien-être physique et mental et aide à trouver un meilleur sommeil.


*Enquête de l’INVS sur les troubles du sommeil 2007-2010 BEH novembre 2012
**Julien Cases, Alvin Ibarra, Nicolas Feuillère, Marc Roller, Samir G. Sukkar. Pilot trial of Melissa offi cinalis L. leaf extract in the treatment of volunteers suffering from mild-tomoderate anxiety disorders and sleep disturbances. Mediterr J Nutr Metab (2011) 4:211–218

Sources :
Passeport Santé